fbpx
Film

Meryl Streep au centre de l’intrigue dans la saison 3 de ‘Only Murders in the Building’ : Critique de la série TV

Meryl Streep a pris des rôles transformateurs au fil du temps, mais dans la troisième saison de « Only Murders in the Building », la star s’attaque à son plus grand défi à ce jour. Dans son retour à la télévision sérialisée, Streep incarne Loretta, une actrice sans le moindre fragment de la renommée ou du succès de Streep. C’est un rôle qui pousse ses limites en tant que performeuse, ainsi que la capacité du public à suspendre son incrédulité.

Loretta fait partie de la distribution de l’ensemble pour « Death Rattle », un mystère de meurtre centré sur les bébés qui devait marquer la rédemption à Broadway du metteur en scène de théâtre disgracié devenu podcasteur de true crime, Oliver Putnam (Martin Short). Dans la finale de la saison dernière, l’acteur vedette Ben Glenroy (Paul Rudd) a semblé s’effondrer mort sur scène, posant l’intrigue pour qu’Oliver et son ami Charles-Haden Savage (l’ancien acteur de télévision joué par Steve Martin) s’associent une fois de plus à leur voisine millénaire Mabel Mora (Selena Gomez) pour enquêter en temps réel sur le cas pour leurs milliers de fans de podcasts. « Quelle chanceuse ! », se lamente Cinda Canning (Tina Fey), la génie de l’audio qui s’est réinventée en gourou du bien-être à la manière d’Arianna Huffington. « On dirait que ces meurtres tombent juste dans tes bras ! »

A Lire: Barbie : « Vraie bombe » ou « trop politisé » ? Les premiers avis des spectateurs sur le film avec Margot Robbie et Ryan Gosling

Donna (Linda Emond) et Cliff (Wesley Taylor). PATRICK HARBRON/HULU

Dans cette nouvelle saison, la comédie de Hulu semble consciente de gérer la transition entre le succès éclatant et le confort constant. Supervisée par les créateurs Martin et John Hoffman, « Only Murders » n’est pas étrangère aux commentaires méta ; toute l’émission est une parodie douce de la frénésie des vrais crimes, et le personnage de Martin est surtout connu dans l’univers d’ « Only Murders » pour jouer le détective-titre de la procédure « Brazzos ». (« Charles tente souvent d’appliquer ses connaissances douteusement exactes du travail de détective dans la vraie vie au podcast. ») « Une autre tueuse féminine ? C’est tellement banal ! » se lamente-t-il à propos d’un suspect précoce, faisant référence aux coupables des deux premières saisons de la série.

« Only Murders » doit équilibrer les plaisirs constants – la banter intergénérationnelle, le provincialisme de Manhattan, les pulls de Mabel – avec de nouvelles additions afin de perdurer. À cet effet, la saison 3 veille à noter le lien de Ben avec l’Arconia, le grand complexe de l’Upper West Side où résident ses protagonistes, tout en déplaçant son attention vers un nouveau lieu : le théâtre, un foyer différent de New-Yorkais excentriques par rapport à un conseil d’administration de coopérative. Il y a moins d’attention portée à la création du podcast lui-même, les voix off de Charles étant désormais confiées à d’autres membres de la distribution. Et bien sûr, il y a Streep, qui, avec Rudd, obtient le crédit spécial d’invité vedette.

Ben (Paul Rudd) avec Dickie (Jeremy Shamos). PATRICK HARBRON/HULU

Après tout le bruit autour de l’apparition de Streep dans la saison 2 de « Big Little Lies », il est à la fois déroutant et rafraîchissant de la voir s’intégrer avec plaisir dans un ensemble plus large. Certes, Streep et Rudd ont chacun leur moment sous les projecteurs ; il a l’occasion de jouer un égocentrique qui s’est attiré beaucoup d’ennemis avant qu’un ne craque enfin, tandis qu’elle devient une muse et un intérêt amoureux pour le personnage de Short. Ben Glenroy est célèbre pour jouer un super-héros qui se transforme en un cobra géant, permettant à Rudd de s’amuser aux dépens de son autre emploi dans le MCU. Loretta, quant à elle, est un véritable talent qui ne peut parfois pas résister à ajouter un accent là où le scénario ne l’exige pas. À la lumière des rôles vedettes en fin de carrière de Streep, il y a un soupçon d’autoparodie dans l’envie de Loretta de se surpasser.

A Lire: La conso de films pour adultes des Français inquiète, bonne nouvelle pour le climat… Actus du jours

Mais Loretta et Ben ne sont que deux comédiens égocentriques parmi tant d’autres. « Only Murders in the Building » a toujours été une étude de la solitude et de l’isolement urbains, conférant une substance émotionnelle à ce qui est souvent une farce loufoque. Broadway s’avère un canevas idéal pour ce thème, sortant « Only Murders » de l’Arconia tout en introduisant de nouveaux acteurs qui se sentiraient parfaitement chez eux. Il y a Kimber (Ashley Park), l’ingénue qui vend du sérum pour la peau sur TikTok, et Howard (Michael Cyril Creighton), l’assistant d’Oliver qui s’inquiète nerveusement pour une production en crise. Après la mort de sa vedette, le coup de dés d’Oliver est de transformer « Death Rattle » en comédie musicale, une retouche avec un potentiel comique ample. (Les indications scéniques pour le numéro d’ouverture impliquent « des hommes crabes, qui se reproduisent. ») Alors qu’Oliver et Charles sont distraits par le spectacle, Mabel fait équipe avec Tobert (Jesse Williams), un vidéaste qui prend la place de ses amis en tant que co-enquêteur.

Avec la saison 3, « Only Murders in the Building » n’a plus besoin de s’établir ou même de prouver qu’elle peut suivre son propre succès. Elle n’a pas non plus à naviguer dans le dilemme éthique du genre des vrais crimes qu’elle satirise, où le malheur sanglant devient un divertissement apaisant. Au lieu de cela, l’émission est libre de capitaliser sur son statut avec des stars de la trempe de Streep, puis d’intégrer ces acteurs dans une histoire qui prend de plus en plus l’allure d’une institution adaptable. Ce n’est plus une surprise de voir Gomez profiter d’une chimie platonique aussi improbable avec Martin et Short, ou que Hoffman et Martin trouvent toujours de nouvelles façons d’élargir le monde insulaire de leurs personnages. C’est une surprise, et une agréable, de voir comment cette expansion prend forme, et qui passe aider à remplir l’espace.

Christiano Btf

En tant que fervent amateur de connaissances et de découvertes, je m'efforce de vous offrir un contenu informatif et stimulant. Ma quête consiste à fournir des informations de qualité, à décrypter l'actualité et à partager des analyses perspicaces. Pour moi, comprendre et analyser les données est bien plus qu'une passion, c'est un engagement envers l'enrichissement intellectuel. Rejoignez-moi dans cette aventure intellectuelle où la curiosité, la réflexion et la soif de connaissances se conjuguent pour offrir un regard approfondi sur le monde qui nous entoure.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page